La certification des personnes : De quoi s’agit-il ?

La certification des personnes reconnaît l’aptitude d’une personne à exercer un métier ou une tâche, en garantissant la maîtrise des compétences requises. Le concept général recouvre ainsi les champs de la « certification des métiers », de la « certification des compétences » ou bien encore de la « certification professionnelle de compétences ».

La certification des personnes en Tunisie : Où en est-on ?

Historiquement, la certification est née en tant que condition d’accès à certains métiers réglementés. Avec le temps, elle est devenue un outil d’amélioration de l’employabilité, apportant la preuve d’une maîtrise de compétences particulières, notamment dans l’informatique et les langues.

Le champ de la certification s’est ultérieurement étendu avec la co-certification opérée conjointement par des certificateurs nationaux et étrangers pour faciliter le travail à l’international. La « certification paritaire » réalisée par les partenaires sociaux dans le cadre de la négociation d’une convention collective s’est quant à elle développée avec l’objectif d’améliorer la gestion des ressources humaines par la reconnaissance des compétences maîtrisées par les travailleurs dans l’exercice de leur métier.

Plus récemment, la certification s’est imposée dans le cadre de la labellisation des entreprises de services techniques. Elle vise à donner aux clients de ces entreprises un gage de compétence, de nature à renforcer la confiance dans l’entreprise et dans son personnel.

La certification des personnes : Pourquoi ?

> La certification comme porte d’accès à des métiers réglementés

Le principe de la pratique réglementée de certains métiers, par l’octroi d’un agrément ou d’une patente, existe depuis de nombreuses années en Tunisie où il a été imposé par des Ministères Techniques.

La certification des personnes consiste alors en un processus d’enregistrement obligatoire auquel sont soumises certaines catégories de travailleurs.

Une certification préalable est en particulier exigée pour toutes les professions en rapport étroit avec :

  • La santé et la sécurité du public ;
  • L’octroi de garanties de conformité aux lois ;
  • La protection de l’environnement ;
  • La manipulation de matériels coûteux.

Dans la plupart des cas, la détention d’un Diplôme Universitaire, d’un Diplôme de Formation Professionnelle ou d’un Certificat de Qualification Professionnelle validant les acquis de l’expérience suffisent à l’obtention de la certification.

Celle-ci est délivrée par un organisme certificateur (Ministères, Associations Professionnelles…) en référence à une norme professionnelle élaborée et validée par des experts du domaine.

> La certification comme facteur d’une meilleure employabilité

Il existe des programmes spécifiques de certification fondés sur des référentiels internationaux pour certains métiers et compétences des secteurs de l’industrie ou des nouvelles technologies.

Ces certifications peuvent améliorer l’employabilité, en particulier celle des jeunes diplômés de l’Enseignement Supérieur.

Le dispositif de certification des personnes compte plus de 10 centres de certification, hébergés dans des Instituts Supérieurs des Etudes Technologiques (ISET) et des Ecoles d’Ingénieur.

Le programme d’Appui à la Réforme de l’Enseignement Supérieur –PARES- a ainsi prévu d’élargir cette approche aux futurs diplômés ainsi qu’aux enseignants fin d’actualiser à la fois leurs compétences et les curriculum de formation.

> La certification comme instrument de facilitation de l’ouverture des entreprises à l’international

La certification des personnels facilite l’accès des entreprises qui les emploient aux marchés étrangers. La disponibilité de personnels certifiés atteste de la capacité de l’entreprise à répondre aux exigences internationales en matière de qualité des produits et d’organisation, permettant la participation à certains appels d’offres internationaux. C’est ainsi que pour faciliter le développement de ses Industries Mécaniques et Electriques (IME) à l’international, la Tunisie a été le premier pays africain à mettre en place un système de certification en Contrôle Non Destructif.

Le Contrôle Non Destructif (CND) est un ensemble de méthodes qui permettent de caractériser l’état d’intégrité de structures ou de matériaux, sans les dégrader. Ces méthodes sont plus particulièrement utilisées dans le domaine des constructions métalliques et des assemblages soudés relevant du secteur des IME.

> La certification comme outil de valorisation des compétences et de gestion des ressources humaines dans l’entreprise

Dans le cadre d’un projet pilote de dialogue social, la Fédération Nationale de l’Electricité et de l’Electronique d’une part et la Fédération de la Métallurgie et de l’Electronique d’autre part, ont mis en place un système de certification des qualifications dont l’objet est de valider les compétences effectivement acquises par les salariés durant leur vie professionnelle. Articulé autour de l’observation prospective des métiers et des qualifications, ce système est basé sur un processus ordonné d’évaluation, formation/validation des acquis de l’expérience et certification des compétences en situation réelle de travail. Ainsi l’introduction de cette certification permet de construire dans l’entreprise une gestion des ressources humaines par les compétences au regard des référentiels de certification.

Le système de certification des qualifications ainsi développé permet :

  • De faciliter la réponse aux besoins en compétences exprimés par les entreprises pour des activités déterminées,
  • De faciliter le recrutement et l’adaptation du salarié à son poste de travail,
  • De faciliter la mobilité des salariés entre entreprises et secteurs,
  • De cadrer les actions de formation continue.

> La certification-labellisation comme outil de lutte contre l’informalité et de promotion de l’emploi décent 

L’objectif de cette certification est la valorisation des métiers des services techniques aux ménages.

Cette valorisation vise à développer les entreprises formelles dans ce secteur et à y promouvoir le travail décent.

Délivrée par une organisation reconnue pour sa compétence et son sérieux, la labellisation apporte au client une garantie quant à la qualité de la prestation fournie et permet ainsi aux entreprises labellisées de développer leur marché.

Le principe consiste à labelliser des entreprises de services techniques formelles qui apportent la preuve de leur bonne organisation et de la compétence de leur personnel.

Le processus de labellisation inclut la certification des compétences du personnel et atteste de la capacité de l’entreprise à fournir un service de qualité.